Tout sur le tricot , le crochet , apprendre à coudre ,créer ses bijoux, travailler la pâte à sel 

Zone de Texte: Lombalgie
Zone de Texte: Lombalgie

La lombalgie n'est pas une maladie mais plutôt un symptôme. 
Il ne faut donc pas méconnaître, parallèlement, une affection grave pour laquelle un retard de diagnostic serait préjudiciable (infection, tumeur…). Des douleurs nocturnes, rebelles, une fièvre associée, un amaigrissement, une perte de l'appétit, etc., sont des signes d'alerte qui doivent encourager à consulter sans tarder, afin de faire un diagnostic et de débuter un traitement adapté. Pour la majorité des patients, la lombalgie ne présente aucune gravité : la douleur est diurne, rythmée par les efforts et calmée par le repos, mais volontiers récidivante. On parle alors de lombalgie commune, dite aiguë si elle évolue depuis moins de trois mois, qualifiée de chronique au-delà. Mal du dos, mal du siècle ?
Seules 2 personnes sur 10 n'auront jamais de douleur rachidienne. Les lombalgies sont le plus souvent transitoires et ne durent plus de deux mois que pour 10 % des malades. En revanche, elles sont la première cause de limitation des activités après 45 ans. Le traitement médical se justifie pour 98 à 99 % des patients, la chirurgie restant réservée au très petit nombre de patients ayant conservé une parfaite concordance radio clinique mais ressentant toujours des douleurs malgré un traitement adapté.

L'anatomie du rachis lombaire 
Le rachis lombaire comprend cinq vertèbres, reliées entre elles par les disques intervertébraux, qui permettent de résister à la transmission des forces de pesanteur et d'assurer l'amplitude des mouvements de la colonne. Le disque est composé de 65 à 90 % d'eau. Il se modifie avec le vieillissement et commence à se déshydrater dès l'âge de 30 ans. Les vertèbres sont également reliées entre elles par les articulations inter apophysaires postérieures (ou zygapophysaires), qui permettent des mouvements de glissement. La stabilité du rachis lombaire est renforcée par les ligaments, les muscles para vertébraux, ainsi que par la sangle abdominale située en avant. La proximité des structures nerveuses par rapport au canal rachidien explique les retentissements possibles d'une pathologie du disque, des vertèbres ou des inter apophysaires postérieures, sur les racines nerveuses. La moelle épinière s'arrête au niveau des vertèbres L1 (lombaire 1) ou L2 (lombaire 2) et ne risque donc pas d'être comprimée. En revanche, les racines nerveuses lombo-sacrés cheminent dans ce canal, jusqu'à leur émergence par le trou de conjugaison. Lorsque celles-ci sont irritées, on observe une douleur dans le membre inférieur (le plus souvent, une sciatique ou une cruralgie).

En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'installation de cookies sur votre ordinateur. OUI       NON

Pour avoir plus d'informations cliquez sur ce lien : Mention légale

Pôle emploi

Plus de 500 modèles de lettres de motivation

Mes favoris

Cuisine

Emploi

Bricolage

Jardinage

Loisirs créatifs

Logithèque

LA CUISINE DE MAMIE SUZANNE

JARDINAGE

 

 

 

 Flux vivre au quotidien

VIVRE AU QUOTIDIEN . LA SANTE