Tout sur le tricot , le crochet , apprendre à coudre ,créer ses bijoux, travailler la pâte à sel 

Zone de Texte: Infection par le VIH 
L'infection par le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) est une infection chronique grave. Lorsqu'il est présent dans l'organisme, ce virus s'intègre dans certains globules blancs, appelés lymphocytes CD4, pour s'y reproduire par centaines de milliers.
La fonction principale de ces CD4 est de nous protéger contre certaines infections. La diminution de ces globules blancs provoque une fragilité importante des défenses immunitaires, pouvant entraîner l'apparition d'infections dites opportunistes, telles que la pneumocystose (forme grave de pneumonie) et la toxoplasmose (inflammation grave de l'encéphale), faisant alors passer le malade au stade de Sida (syndrome d'immunodéficience acquise). Il est important de différencier la séropositivité, qui n'est autre que la présence du virus dans l'organisme, et le Sida proprement dit, qui correspond à une phase plus avancée de la maladie due à une altération importante des défenses immunitaires.
Le Sida, stade avancé de l'infection par le VIH, est une maladie dont la déclaration est obligatoire en France depuis 1986. On estime que plus de 85 % des cas ont fait l'objet d'une déclaration aux autorités de santé publique. Les statistiques les plus récentes donnent un total cumulé des cas de Sida en France - depuis 1983 - de 49 097 au 30 juin 1998. Le nombre de nouveaux cas de Sida diagnostiqués, en augmentation croissante depuis 1994, a baissé en 1995, et plus particulièrement en 1996. Depuis 1988, cette tendance à la baisse s'est nettement ralentie.
Environ 100 000 personnes seraient atteintes par ce virus dans notre pays. De nos jours, plus de 30 millions de personnes sont atteintes par le VIH dans le monde. 
Plusieurs modes de contamination sont maintenant bien connus
Le VIH a été isolé dans la majorité des liquides biologiques humains, comme le sang, le sperme, les sécrétions vaginales et la salive. Cependant, la transmission du VIH nécessite de grandes quantités de virus, ainsi qu'une porte d'entrée. En pratique, il existe 3 grands modes de transmission :
La voie sexuelle : elle représente le mode de contamination le plus fréquent dans le monde et en France. La transmission ne se fait pas uniquement lors de rapports homosexuels comme le pensent encore trop de gens. De nos jours, la transmission hétérosexuelle est prépondérante et touche toutes les tranches d'âges. La plupart des pratiques sexuelles comportent un risque de contamination, en particulier les pénétrations anales, vaginales, et les rapports bucco-génitaux (fellations) non protégés. 
La voie sanguine : le risque de contamination par transfusion de sang ou de dérivés sanguins est actuellement très faible dans les pays industrialisés, grâce à de nombreux tests réalisés systématiquement après chaque don de sang. Le personnel médical ou paramédical peut également être contaminé par l'intermédiaire d'une blessure faite avec du matériel ayant servi à réaliser un prélèvement chez une personne infectée par le VIH ou au cours d'une intervention chirurgicale.
Chez les toxicomanes, le partage du matériel d'injection reste à l'origine de nombreuses contaminations. Toutefois, ce risque est actuellement moins important, du fait d'une meilleure information de cette population et du renforcement des mesures de prévention (distribution de seringues à usage unique, etc.). 
La transmission de la mère à l'enfant : le risque de contamination de mères séropositives vis-à-vis de leur enfant est maximal au 3e trimestre de leur grossesse et au moment de l'accouchement. Autrefois, le risque de transmission mère enfant était d'environ 20 %. Il est actuellement moins important, grâce à une prise en charge spécialisée. Les médecins préconisent un traitement court pour la mère et le nouveau-né, ainsi que, parfois, une césarienne programmée. La contamination peut également avoir lieu par le lait maternel. C'est la raison pour laquelle il est recommandé aux jeunes mamans séropositives d'alimenter leurs nouveau-nés avec du lait artificiel. 
Le dépistage
Le dépistage de la séropositivité consiste en une prise de sang pouvant être effectuée, sur prescription, dans un laboratoire d'analyses médicales ou dans des Centres de Dépistages Anonymes et Gratuits (CDAG), généralement situés dans les centres hospitaliers. Un test précoce peut être réalisé entre 10 et 24 jours après un risque réel, mais un test ne sera négatif de manière certaine que s'il est fait 3 mois après la prise de risque.

En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'installation de cookies sur votre ordinateur. OUI       NON

Pour avoir plus d'informations cliquez sur ce lien : Mention légale

Pôle emploi

Plus de 500 modèles de lettres de motivation

Mes favoris

Cuisine

Emploi

Bricolage

Jardinage

Loisirs créatifs

Logithèque

LA CUISINE DE MAMIE SUZANNE

JARDINAGE

 

 

 

 Flux vivre au quotidien

VIVRE AU QUOTIDIEN . LA SANTE

Infection par le VIH (plus d'infos)