Tout sur le tricot , le crochet , apprendre à coudre ,créer ses bijoux, travailler la pâte à sel 

Zone de Texte: Allergie au pollen
Zone de Texte: Qu'est-ce que c'est ?
La pollinose est l'ensemble des manifestations allergiques provoquées par le contact des pollens avec la peau ou les muqueuses, notamment oculaires et nasales .Il s'agit des plus fréquentes et plus pures manifestations de l'atopie ou allergie immédiate. 
Le rhume (rhinite) allergique est la plus fréquente des manifestations allergiques. Le rhume des foins (pollinose), qu'on nomme également rhinite saisonnière en raison du grand nombre de pollens responsables (autres que les graminées), en est la représentation la plus pure. La relation entre l'intensité des symptômes et la quantité de grains de pollen présents dans l'atmosphère a été mise en évidence dès 1873 par Blackley.
Cette relation a été confirmée par la mesure des grains de pollens dans les comptes polliniques, révélant la grande diversité de ces pollens selon les régions, les saisons, les conditions climatiques, permettant d'établir des calendriers polliniques par région. Il s'agit d'une maladie touchant plutôt l'enfant et l'adulte jeune. Dans près de trois-quarts des cas, la maladie survient avant l'âge de 20 ans.
Le rôle de l'environnement
Comme dans la plupart des maladies allergiques, l'environnement et l'écologie jouent un rôle primordial dans le développement des allergies. L'évolution de notre vie sociale a modifié les aspects de la pollinose. Auparavant, la majorité des symptômes provoqués par les pollens étaient dus aux graminées. Elles ont donné le nom courant de rhume des foins à la rhinite saisonnière.
Actuellement, d'autres pollens sont en passe de rattraper les graminées, notamment ceux des arbres, et dans certaines régions, des pollens comme ceux du cyprès en Provence et de l'ambroisie dans la région rhodanienne, sont devenus ennemis publics n°1, et ont été classés polluants biologiques.
Comment la reconnaître ?
Le rhume lié à la pollinose est en général plus tardif que l'allergie qui revient chaque année. Elle atteint le plus souvent le grand enfant et l'adulte jeune, mais elle peut apparaître à tout âge, notamment lors des changements d'habitation avec un environnement allergénique différent. 
La récidive et l'aggravation des symptômes allergiques notamment au niveau nasal et oculaire, chaque année à la même saison et dans les mêmes conditions d'environnement, orientent le médecin vers le diagnostic de pollinose. Lors de sa première apparition, ces signes sont souvent confondus avec un rhume causé par un virus (rhinite virale).
En pleine saison classique de graminées, le diagnostic est facile à évoquer. Il l'est moins lorsque des espèces précoces ou tardives, dont la date est nettement plus variable d'une année à l'autre, dépendant fortement des conditions climatiques antérieures, sont en cause. Il est également difficile lorsqu'on est face à une sensibilisation à multiples causes.
Le nez et les yeux
Les symptômes prédominants provoqués par les pollens atteignent en premier lieu le nez et les yeux. Les symptômes d'alerte sont les éternuements, le plus souvent en salves, sous forme de crises, suivies d'un écoulement liquide clair, variable dans son abondance et dans le temps. On ressent aussi une obstruction nasale le plus souvent des deux côtés, d'intensité variable, pouvant gêner le sommeil et survenir de manière retardée par rapport au contact avec les allergènes.
Ces symptômes peuvent s'associer à d'autres signes qui prennent parfois le devant de la scène et orientent vers l'origine allergique : démangeaisons nasales, du voile du palais, du conduit auditif externe ou oculaire) ;
 maux de tête (témoin le plus souvent d'un trouble de la ventilation nasale et parfois confondus avec des douleurs de sinusite) ;
 écoulement postérieur des sécrétions (donnant une impression de corps étranger dans la gorge ou des sensations de brûlures du pharynx ou des "picotements pharyngés" parfois très gênants) ;
 diminution ou disparition momentanée de l'odorat (parfois associé à des troubles du goût), signes généraux (impression de grande fatigue par exemple).
Une sensibilité grandissante
Au fur et à mesure du contact avec les pollens, en l'absence de traitement, s'installe une sensibilité plus importante de la muqueuse nasale, qui réagit pour des quantités de moins en moins importantes de pollens. Des réactions surviennent suite à des stimuli physiques ou chimiques, notamment les changements de température brusque, les odeurs fortes de parfums ou de lessive par exemple, qui font évoquer par les patients atteints, une allergie à tout leur environnement habituel.
Au niveau des yeux, les premiers symptômes se manifestent par des démangeaisons parfois féroces, plus marquées aux angles interne et externe de l'œil. Elles entraînent un larmoiement, une rougeur intense, une sensation de sables dans les yeux ou bien de corps étranger et peuvent aller jusqu'à l'impressionnant chemosis, qui naît de la conjonctive oculaire, formant un bloc gélatineux épais, de part et d'autre de l'iris. Il est heureusement rapidement régressif après éloignement de la source pollinique. Comme sur le plan nasal, une sensibilité importante s'installe rapidement, entraînant une photophobie (l'œil ne supporte plus la lumière). Chez les porteurs de lentille de contact, ces dernières ne sont plus tolérées pendant et après les crises de conjonctivite pollinique.

Les infos de vivre au quotidien

Livre d'or de vivre au quotidien

    Discuter

Blog

       Mention légale

 

 

 

 Flux vivre au quotidien

 

En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'installation de cookies sur votre ordinateur. OUI       NON

Pour avoir plus d'informations cliquez sur ce lien : Mention légale

Pôle emploi

JARDINAGE

Plus de 500 modèles de lettres de motivation

VIVRE AU QUOTIDIEN . LA SANTE