Tout sur le tricot , le crochet , apprendre à coudre ,créer ses bijoux, travailler la pâte à sel 

Zone de Texte: Alcoolisme
Zone de Texte: Alcoolisme

L'alcoolisme peut se définir par " la perte de la liberté pour un individu de s'abstenir de boire " . Il s'agit donc d'une pathologie de la liberté qui appartient au champ des maladies psychopathologiques, susceptible d'entraîner des dysfonctionnements psychiques et/ou organiques, et qui est responsable de conséquences non-désirées par le sujet : familiales, sociales, professionnelles et parfois judiciaires.
Notons que l'ivresse n'est pas un phénomène pathologique en soi, et que, quelle que soit sa fréquence, elle n'est d'aucune utilité pour définir l'alcoolisme ; en outre, l'absence de consommation d'alcool à un moment donné ne permet pas d'exclure l'alcoolisme.
On ne naît pas alcoolique, on le devient.
Trois grands facteurs sont susceptibles de favoriser le développement de l'alcoolisme.
Facteur biologique : il semble que nous ne soyons pas tous égaux devant l'alcool. Certains vont développer plus rapidement que d'autres une accoutumance à l'alcool ; c'est " l'effet drogue " de l'éthanol ;
Facteur psychologique : la plupart des personnes utilisant l'alcool ressentent des effets psychotropes, tel l'anxiolyse, la dés inhibition, l'atténuation d'une tristesse de l'humeur, voire un effet psychostimulant. C'est l'effet " médicament " du produit lorsqu'il est utilisé de façon répétée pour faire face aux difficultés à vivre ;
Facteur social : boire est un acte social, que l'on retrouve dans la plupart des groupes culturels, et il n'est pas rare qu'un individu qui se refuserait systématiquement à un tel partage se retrouve avec des difficultés d'intégration. C'est l'effet socialisant de l'utilisation du produit.
Mais si l'alcool intervient plus ou moins directement sur ces trois facteurs chez un même individu, toute personne s'alcoolisant ne va pas devenir alcoolique pour autant. Il faut, en plus, un dernier facteur : la répétition du comportement au travers d'un acte addictif (acte de dépendance).
Peu à peu va s'établir chez le patient addictif une relation à l'alcool, relation personnelle, de moins en moins liée aux facteurs externes et de plus en plus à une organisation psychopathologique du lien au produit. Celui-ci envahit progressivement l'économie psychique du sujet, diminuant de ce fait les autres possibilités d'investissement : c'est la dépendance psychique. Le corps, quant à lui, s'adapte à la répétition des consommations et à l'augmentation des doses du fait de la tolérance. Il supporte de moins en moins bien le fait d'être privé d'alcool : c'est la dépendance physique. C'est ainsi que le malade, sans s'en rendre vraiment compte, perd progressivement sa liberté à s'abstenir de boire.

En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'installation de cookies sur votre ordinateur. OUI       NON

Pour avoir plus d'informations cliquez sur ce lien : Mention légale

Pôle emploi

Plus de 500 modèles de lettres de motivation

Mes favoris

Cuisine

Emploi

Bricolage

Jardinage

Loisirs créatifs

Logithèque

LA CUISINE DE MAMIE SUZANNE

JARDINAGE

 

 

 

 Flux vivre au quotidien

VIVRE AU QUOTIDIEN . LA SANTE