Tout sur le tricot , le crochet , apprendre à coudre ,créer ses bijoux, travailler la pâte à sel 

Zone de Texte: Soigner, traiter, ne pas polluer 
Zone de Texte: Tout le monde parle de risques de pollution de la nappe phréatique, donc de notre eau potable et du gaspillage des ressources naturelles de la terre! Nous. jardiniers amateurs proches de la nature, nous nous sentons concernés. Peut-être devrions nous réviser certaines de nos habitudes de jardinage, pour ne pas contribuera cette pollution par usage intempestif et excessif de traitements insecticides, fongicides. désherbants, engrais chimiques ou autres ...
Pendant l'hiver, le jardin est au repos. C'est l'heure de faire le bilan de l'année écoulée. On se souvient Des surprises heureuses (tel arbre a donné des fleurs ou des fruits magnifiques, telle plate-bande jetait débordante de fleurs . . .). mais malheureusement aussi des déceptions: les pucerons noirs sur la viorne. les taches noires sur le gosier, . Mais cette année nous ne nous laisserons Pas piéger!
Il est des cas où les méthodes douces ne sont plus efficaces parce que trop tardives ou bien tout simplement insuffisantes.
Si donc vous devriez recourir aux méthodes fortes, notamment dans le cas des maladies cryptogamiques (champignons), sachez utiliser à bon escient les produits proposés sur le marché.
Première règle d'or : l'utilisation de produits spécifiques. 
Il faut savoir de quoi souffrent vos plantes pour utiliser le bon remède, Il existe trois grands types de médicaments; les insecticides qui luttent contre les animaux nuisibles, les herbicides ou désherbants et les fongicides qui soignent les maladies.
Il existe des produits dits" polyvalents" dont l'utilisation vous donne bonne conscience peut-être, mais dont les résultats ne sont pas toujours à la hauteur de vos espoirs: on ne combat pas de la même façon les cochenilles, les maladies ou les pucerons. Un produit qui élimine les pucerons ne sert à rien contre les cochenilles et surtout pas contre les maladies.
Par contre il tuera les coccinelles qui elles auraient volontiers dévoré les cochenilles.
Ne traitez pas à n'importe quel moment de l'année ou même de la journée. Selon le vieil adage " mieux vaut prévenir que guérir", mieux vaut traiter" un peu" préventivement que " beaucoup " parce que la maladie s'est propagée, ainsi vous polluez moins.
Bien au chaud, vous songez à votre jardin endormi en cette saison. Vous attendez le printemps pour réagir contre les maladies, les insectes, etc. Or c'est le moment d'agir!
Les traitements d'hiver sont les plus négligés, méconnus et pourtant les plus efficaces. Leur but est de [détruire " dans l'œuf " les parasites (insectes, acariens, champignons) pour limiter leur pullulement à la bonne saison.
!l ne faut pas trop compter sur le froid et le mauvais temps pour vous débarrasser d'eux, car il en va des parasites comme des humains. Ils se sont adaptés aux conditions climatiques de notre région et il n'y a guère que les imprudents pour se laisser piéger. Même un hiver très rigoureux n'en vient pas à bout totalement
Chacun à sa méthode pour survivre. Ainsi, les femelles de certains acariens {acarien tisserand, acarien du tilleul), migrent dès l'automne vers un refuge protecteur, dans les replis des écorces, dans le sol ou au pied des souches des plantes vivaces. D'autres femelles d'acariens (araignée rouge du pommier ou du conifère) et pucerons (pucerons du rosier) pondent en fin de saison sur le bois ou dans les souches des œufs aux parois très épaisses et résistantes.
Les champignons responsables de maladies (les taches noires du rosier, la rouille, la tavelure etc.) savent aussi survivre à l'hiver. Ils se transforment à l'approche du froid, s'entourent de membranes plus épaisses par exemple. Ils parasitent les feuilles qui tombent à terre à l'automne, et retrouvent les jeunes poussent au printemps (tavelures du pommier et du poirier, rouilles anthracnoses, mildious ...). D'autres champignons se réfugient dans les anfractuosités des écorces, entre les écailles des bourgeons (cloque du pêcher, oïdiums ...) ou dans les blessures provoquées sur les branches (chancres). Quant aux fruits restés sur les arbres fruitiers, ils constituent un abri de choix pour le champignon de la moniliose.
Ramassez et brûlez les feuilles contaminées. Ne les jetez pas sur le compost qui serait ainsi contaminé. Coupez les branches malades: chancres, champignons. Brûlez-les. Débarrassez les arbres de leurs vieux fruits fripés et nécrosés.
Bêchez le sol sous les arbres qui étaient infestés pendant la bonne saison. En effet, les larves de la mouche du cerisier et du balanin de la noisette s'enterrent. En les ramenant à la surface du sol, elles seront mangées par les oiseaux ou détruites par le froid.
Lisez attentivement les précautions d'emploi inscrites sur l'emballage des produits: température, fréquence, doses, date limite d'utilisation etc.
Traitez par temps sec. la pluie lessiverai! le traitement.

En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'installation de cookies sur votre ordinateur. OUI       NON

Pour avoir plus d'informations cliquez sur ce lien : Mention légale

Pôle emploi

Plus de 500 modèles de lettres de motivation

Mes favoris

Cuisine

Emploi

Bricolage

Jardinage

Loisirs créatifs

Logithèque

LA CUISINE DE MAMIE SUZANNE

JARDINAGE

 Flux vivre au quotidien

VIVRE AU QUOTIDIEN . BRICOLAGE PAGE 1. PAGE 2 . LE JARDINAGE